KaZeo
+
Baomalandy
Follow me
Join now
20 Octobre 2014, Ste Adeline
Rubriques
Publicité
Moteur de recherche
Accueil » LES MINIERS
  Articles de cette rubrique :
 

Grands Titres du Projet
  • Nommé le "Marché Minier de l'Année 2007 pour l'Europe, le Moyen Orient et l'Afrique" par Project Finance International
  • Positionné comme la plus grande mine de nickel latéritique d'ici 2013
  • Plus grand projet d'investissement à Madagascar à ce jour
  • Plus grand financement de projet en Afrique sub-saharienne avec US$ 2,1 milliard
  • Premier projet développé au titre de la Loi sur les Grands Investissements Miniers à Madagascar

Réalités du projet

  • Capacité annuelle : 60.000 tonnes de nickel, 5.600 tonnes de cobalt et 190.000 tonnes de sulfate d'ammonium, un co-produit qui peut être utilisé comme engrais
  • Réserves actuelles : estimées à 125 million de tonnes
  • Durée de vie : plus de 27 ans
  • Coûts de production : prévus pour être les plus bas de l'industrie
  • Investissement : plus de US$ 3,3 milliards
  • Emplois : génération de plus de 13.000 emplois (directs, induits et indirects) en phase d'exploitation
  • Echéancier du projet ::
  • La construction a démarré en 2007
  • La production doit démarrer en 2010
  • La capacité maximale devrait être atteinte dès 2013
Lundi 12 Janvier 2009 à 13h55 dans LES MINIERSPoster un commentaire
01-11-2008

La compagnie sud-coréenne Kozone Natural Ressource a reçu l’agrément du gouvernement pour exploiter l’uranium à Madagascar.

En vertu d’un protocole d’accord, Kozone exploitera, une fois l’accord final conclu, l’uranium sur une superficie totale de 352 km2 à Beraketa et Isoanala, à 1000 kilomètres au sud d’Antanarivo.

Kozone doit envoyer des échantillons pour analyses à des laboratoires au Canada, aux Etats-Unis ou en France et s’engage à exporter tous les déchets radioactifs hors de Madagascar.

Kozone Natural Ressource investirait entre 1 et 3 millions $ durant la phase de l’exploration.

La société Kozone Natural Ressource consente d’exporter toutes les déchets radioactifs hors de Madagascar lorsque les sources formelles de production commence.

La grande île de l’océan Indien devra déclarer à l’Agence Internationale de l’énergie atomique tout gramme d’uranium produit à Madagascar et l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) sera chargé de la protection de l’environnement et la lutte contre le trafic d’uranium, selon Midi, un journal en langue française, publié jeudi.

Le directeur général de l’OMNIS, Joeli Lalaharisaina, a informé les médias peu de temps après la signature de l’accord que Kozone Natural Ressource est le 14e investisseur intéressé par l’exploration et la production d’uranium à Madagascar et au moins 30% d’entre eux ont une chance de réussir dans l’exploration d’uranium dans le pays.

Le directeur du Kozone Natural Ressource, Jack Kang, a ajouté que sa société investirait 1 à 3 millions de dollars américains à la phase de l’exploration et OMNIS a 20% d’intérêt dans l’entreprise.

 

Lundi 12 Janvier 2009 à 10h09 dans LES MINIERSPoster un commentaire

 

QMM http://www.riotinto.com/resources/376_video_library_5150.asp?videofile=wmp_low

QIT Madagascar Minerals SA (QMM) est une filiale Malagasy de Rio Tinto (80%) et de l'État Malagasy (20%) représenté par l'Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques (OMNIS).

Les produits extraits

*Ilménite : permet d'extraire le titane qui est utilisé dans l'industrie aéronautique et spatiale. On en fait également un usage courant dans les industries de peinture et plastique, la boue de forage,...

*Zircon : le zircon est utilisé pour les composants électroniques et les tuiles de céramique. Il est récupéré en tant que sous-produit des minerais de titane. La dépendance des utilisateurs européens face à des producteurs australiens et sud-africains pourrait procurer à Madagascar une ouverture favorable sur les marchés d'Europe occidentale.

Les installations minières et portuaires, pour lesquelles l'investissement est estimé à 585 Millions de $US, seront construites sur une période de 3 ans de façon à permettre l'exportation d'une première cargaison d'ilménite du Port d'Ehoala à Sorel avant la fin de l'année 2008. Une fois que le projet opèrera à sa pleine capacité, le projet versera annuellement plus de 20 millions de US$ à l'État en redevances minières, impôts et dividendes.

La décision d'investissement du 3 août 2005 a permis à Rio Tinto QMM d'enclencher les travaux de construction des infrastructures durant le premier trimestre de 2006. Ces travaux concernent essentiellement

- L'aménagement du port actuel de Fort-Dauphin pour assurer la réception des premiers matériels
- L'aménagement des routes d'accès pour acheminer ces matériels ;
- L'aménagement et l'exploitation de la carrière d'Andriambe pour la construction de l'ensemble des infrastructures et la protection pour le port ;
- L'aménagement d'une base vie pour les travailleurs venant de l'extérieur ;
- L'aménagement d'une route temporaire entre la carrière d'Andriambe et Ehoala pour transporter les blocs de rochers nécessaires à la construction du futur port en eau profonde ;
- La construction d'un port d'utilité publique en eau profonde à la péninsule d'Ehoala ;
- La mise en place des installations minières dans le secteur de Mandena
- La construction d'une nouvelle route reliant les installations minières au port d'Ehoala ;
- L'installation d'une centrale électrique de capacité suffisante ainsi que de dépôts de carburants pour les besoins de l'exploitation minière et du fonctionnement du port ;
- La construction d'un seuil déversoir, ouvrage permettant d'assurer l'approvisionnement en eau douce nécessaire à l'exploitation, et d'appuyer la réhabilitation végétale ;
-La construction de bâtiments servant de logements au personnel ainsi que les infrastructures connexes.

Valorisation économique

Le projet crée plus de 2000 emplois au cours des trois années de construction et environ 600 emplois directs ainsi qu'entre 1 000 et 2 000 emplois indirects permanents durant la phase de production. L'objectif de Rio Tinto QMM est de maximiser les emplois Malagasy.

Les infrastructures portuaires d'Ehoala feront de Taolagnaro le plus grand port de Madagascar. Cela constitue une opportunité sans précédent pour cette région. A travers le port d'Ehoala, qui sera disponible trois semaines sur quatre, le Sud pourra se positionner comme le poumon du Grand Sud et de Madagascar.

 

 

 

Lundi 12 Janvier 2009 à 10h07 dans LES MINIERSPoster un commentaire